09 février 2009

À Nicolas

n1523902621_30100483_8928

Pétales de fumée qui s'étiolent un à un sur ma peau nervurée, la sève goutte lentement de ta bouche. Mon amant, ma morphine, tu m'enlaces de tes lianes. Nos sucs se mêlent au goût poisseux de la résine et nos peaux pétillent doucement. Tes cheveux crépitent, tes joues s'enflamment, tu te consumes et je brûle à mon tour. Pluie de cendre, jusqu'à la musique prend feu, j'entrevois les violons entassés en bûchers, et tu m'entraînes dans la nuit. Nos pieds-comètes frôlent à peine l'herbe et au long de notre course, la nuit se change en tourbillon de lumière aveuglante. Je ne sens bientôt plus la chaleur, nos mains se séparent. Je me noie de soleil liquide, je te bois de doutes limpides. Nuit de naissance ou plutôt de renaissance, et c'est comme un courant qui me prend au ventre, qui m'entraîne, qui me pousse, qui m'envole. Je n'ai pas de plumes, non, ni d'écailles pour me défendre, mais ma force qui s'éveille m'aidera un jour, mon amant, à me tenir droite, sans ton aide, à tes côtés, ma morphine.

Posté par Sugar_Junkie à 22:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur À Nicolas

    C'est pas bien d'écrire des choses aussi belles, je suis toute larmouillante maintenant !
    C'est très fort, c'est magnifique. J'avais même un peu honte en lisant ce texte, l'impression d'être un voyeur, de profiter de quelque chose qui ne m'est nullement destiné.
    C'est beau l'amour, et c'est encore mieux quand on arrive a l'exprimer d'une aussi belle façon, aussi prenante et profonde.
    Souvent les mots me manquent pour dire les choses, et toi tu as le dont rare de les chercher directement dans le cœur et de les sortir , encore tout palpitants et humides d'émotion pour tendrement les coucher sur le papier.
    Ne vois tu pas comme ils frémissent encore sous la caresse du regard ?
    Pour tout ça ,bravo et merci !

    Posté par pandalilou, 12 février 2009 à 00:23 | | Répondre
  • C'est sur que dès les premiers mots on sait que lire la suite équivaux à être voyeur/se, mais finalement ce n'est pas un sentiment qui me dérange de trop... bref, j'ai une pointe de jalousie car je n'arrive pas à exprimer mes entrailles.

    Posté par Athanwë, 16 février 2009 à 20:54 | | Répondre
Nouveau commentaire